Pourquoi Dilandeau, l’un des sites d’écoute et de téléchargement musical les plus populaires a-t-il fermé ?

Sur Internet, la guerre entre les maisons de disques et les plateformes de téléchargement a fait rage pendant de longues années. Aujourd’hui, il semblerait que les sites de streaming musical aient réussi à apaiser les tensions. Néanmoins, certaines plateformes comme Dilandeau avaient réussi à survivre jusqu’à peu. Alors, pourquoi ce site a-t-il fini par fermer ?

Comment fonctionnait Dilandeau ?

Pour comprendre les raisons qui ont mené Dilandeau à disparaître, il faut comprendre le fonctionnement de la plateforme. Pour commencer, Dilandeau devait son succès à l’offre alléchante qu’il faisait : télécharger gratuitement de la musique sans même avoir besoin de se créer un compte sur la plateforme.

Les mélomanes et les passionnés de musique se sont rapidement approprié la plateforme et s’en servaient massivement pour découvrir et promouvoir de nouveaux artistes ou des talents encore trop peu connus du grand public. Pour cela, Dilandeau intégrait un système de vote qui permettait de mettre facilement en avant de nouveaux artistes.

Enfin, Dilandeau présentait l’avantage d’offrir à ses utilisateurs un catalogue de musique immense, fréquemment mis à jour et très complet. Grâce à un moteur de recherche bien pensé, il était très facile de naviguer d’un genre à l’autre, que ce soit du rock, de l’électro, du rap, du jazz, etc. Il était également possible de créer et de partager des playlists.

Dilandeau était-il légal ?

Dilandeau n’était pas pour autant une œuvre de charité pour les mélomanes démunis. Le site Internet avait un modèle économique qu’il voulait redistributif. Pour cela, tous les morceaux de musique ne pouvaient pas être écoutés dans leur intégralité sans abonnement. Il y avait également des publicités qui permettaient de financer la plateforme.

Plus encore, Dilandeau se cherchait un équilibre économique qui lui aurait permis de s’établir comme un acteur important de l’écoute musicale en streaming. Pour cela, la plateforme avait tenté d’obtenir des accords avec les maisons de disques afin de leur reverser une partie des revenus publicitaires.

Cependant, aucun accord n’aura jamais été trouvé entre les deux parties. Les maisons de disques n’avaient aucune envie d’offrir la moindre légitimité à une plateforme qui ne leur avait pas demandé leur avis avant de publier les morceaux dont elles étaient les propriétaires. Résultat, Dilendeau n’était pas vraiment légal et n’a jamais réussi à le devenir.

Les batailles juridiques de Dilendeau

Comme beaucoup de plateformes du même genre, Dilendeau aura essayé de mettre en place une transition vers un fonctionnement parfaitement légal. Malheureusement, le modèle économique mis en avant par la plateforme ne convenait pas aux maisons de disques. Elles ont donc multiplié les actions en justice et Dilendeau a dû faire face à de nombreux procès.

À partir de 2014, en France, HADOPI a également placé la plateforme dans son viseur. Toutes les lois sur la protection de la propriété intellectuelle étaient du côté des maisons de disques, des artistes et d’HADOPI. Le début des années 2010 a d’ailleurs été marqué par un nombre très important d’actions en justice de ce genre contre des plateformes semblables à Dilendeau. Aucune n’y a vraiment résisté.

Dans cette guerre juridique, les maisons disques comme les artistes et les lois sur la propriété intellectuelle avaient déjà fait leur choix entre les plateformes gratuites qui émergeaient spontanément comme Dilendeau et les plateformes avec abonnement mieux encadrées comme Deezer et Spotify. Plusieurs années après, nous savons tous que les grands gagnants de cette bataille sont les plateformes de streaming musical et les maisons de disques.

Quelles sont les meilleures solutions pour écouter de la musique sur Internet aujourd’hui ?

Avec la disparition de ces plateformes, c’est également la disparition de solutions gratuites et pratiques pour écouter de la musique que les internautes ont dû gérer. Bien sûr, il reste encore des solutions gratuites comme YouTube, mais ce n’est pas la solution idéale pour écouter de la musique lorsque l’on se déplace. En plus, les opportunités de télécharger les vidéos YouTube en fichiers MP3 sont de plus en plus rares.

Il y a également des plateformes qu’il est facile d’utiliser gratuitement et depuis un smartphone, comme SoundCloud, mais s’étant davantage positionné comme un réseau social de la musique, on y trouvera surtout les maquettes d’artistes en devenir et pas les derniers succès des plus grandes maisons de disques. Ce genre de plateforme est tout de même parfaitement légal et les mélomanes y dénichent souvent des perles rares et de nouveaux grands talents de la scène internationale.

Enfin, il y a évidemment les solutions d’écoute musicale en streaming. Celles-ci réclament systématiquement de se créer un compte et imposent beaucoup de publicité si vous ne prenez pas d’abonnement, mais elles sont extrêmement pratiques. Elles permettent d’écouter de la musique depuis n’importe où, et même hors ligne. Mieux encore, elles apprennent à connaître vos goûts pour vous proposer des playlists personnalisées qui correspondent à vos envies et à vos humeurs. Un service qui les distingue facilement de la concurrence.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*