Covid-19 : interdiction du transport d’instruments de musique dans le Morbihan

Musiciensbretons

Un arrêté préfectoral publié le 29 septembre interdit désormais le transport d’instruments de musique, ou de platines, en voiture. Promulguée dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus, cette nouvelle interdiction laisse les musiciens dans l’incompréhension.

Des musiciens dans la peur de l’illégalité

Alors que les musiciens dans l’ensemble croyaient à une plaisanterie, l’annonce s’est bien confirmée sur le site de la préfecture. En même temps qu’une série de nouvelles restrictions concernant le Covid-19, l’interdiction de transporter du matériel musical a choqué l’ensemble de la profession. Cet arrêté stipule précisément que « sont interdits, à compter du 29 septembre, et jusqu’au 13 octobre, la tenue de rassemblements festifs à caractère musical et la circulation des véhicules transportant du matériel, susceptible d’être utilisé pour une manifestation festive à caractère musical, répondant à l’ensemble des caractéristiques énoncées à l’article R.211-2 du code de la sécurité intérieure ».

Suite à l’annonce, des concerts ont d’ores et déjà été annulés par de nombreux organismes. En attendant mi-octobre, les passionnés peuvent se consoler en regardant des événements musicaux de chez eux, mais aussi en se mettant eux-mêmes à la musique, à la batterie par exemple en lisant de près le guide du batteur débutant, ou en suivant des cours de guitare.

Pour Gael Lefévère, joueur de bombarde dans le groupe Hiks, il n’est même plus possible pour le groupe de faire des répétitions sans peur d’être verbalisé. Les intermittents du spectacle, mais aussi les passionnés de musique, pointent du doigt une volonté de la préfecture de faire stopper les concerts et les teufs. Les Bretons voient cette nouvelle interdiction comme une entrave à la culture bretonne, notamment concernant l’organisation de fest-noz et autres événements liés au patrimoine.

Continuer à jouer coûte que coûte

Certains musiciens ne comptent cependant pas s’arrêter de jouer pour autant. Marc Ricordel, qui pratique le clavier et la guitare dans le groupe de jazz Next Quartet, s’est déjà vu annuler un événement où il devait se produire à la Roche-Benard (56), mais il compte bien tenter de se rendre à tous ses prochains concerts, notamment à Lorient. Même si la menace de la verbalisation plane, les musiciens comptent sur le libre-arbitre des gendarmes pour ne pas être pénalisé.

La préfecture a tenu à rappeler que le transport de matériel est interdit surtout pour les manifestations qui diffusent de la musique amplifiée dans des lieux non aménagés pour ce type de prestation. Elle souhaite ainsi notamment éviter le rassemblement de teufeurs, qui, dans la plupart des cas, organisent des événements non déclarés et où la protection du public ne peut pas être garantie.

Les professionnels du monde de la musique sont actuellement en concertation afin de prévoir prochainement une manifestation devant la préfecture.

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*